Larmes basales

Les trois couches des larmes basales ont chacune un rôle spécifique :

 

  • La couche lipidique ou superficielle est responsable de la lubrification de la surface du film lacrymal et empêche son évaporation trop rapide.

 

  • La couche aqueuse ou intermédiaire est la composante principale du film lacrymal, elle nettoie, évacue les corps étrangers et a pour rôle d’oxygéner la cornée.

 

  • La couche mucinique ou interne a une fonction de surfactant, c’est-à-dire qu’elle permet l’adhésion des couches entre elles grâce aux mucines qui permettent d’humidifier la cornée, qui a tendance à repousser l’eau. Les mucines ont également pour rôle de faire adhérer la totalité du film lacrymal à la cornée. Elles contrôlent donc la répartition des larmes basales sur la totalité de cette-dernière.


Le film lacrymal a pour charge de nourrir la conjonctive et la cornée. Il hydrate, nourrit et lubrifie l’œil.


Sa quantité s’élève à environ 6 millilitres et il est renouvelé par le clignement des yeux environ toutes les 10 secondes.


Lorsque l’on dort et que le clignement de paupière est nul, les glandes lacrymales augmentent leurs sécrétions de façon à ce que le liquide coule tout seul.


En parallèle, les vaisseaux sanguins de la cornée se dilatent pour assurer son oxygénation. Les larmes basales apportent, comme nous l’avons dit précédemment, l’oxygène à la cornée en l’absence de vascularisation, mais aussi d’autres éléments essentiels : le glucose, des acides aminés, des minéraux…


Les larmes basales ont aussi un rôle essentiel dans la stabilité de la vision et de la réfraction mais ce rôle vient à peine de lui être reconnu par les scientifiques.

clip-image002-0000.gif

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site